Être parent à l'ère de l'IA

Catherine Dietrich @ EPFL Extension School · 12 minutes

Comment parler de l’intelligence artificielle à nos enfants

En 2020, l’Unicef, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance, a présenté un nouvel ensemble de directives destinées à aider les gouvernements et les entreprises à élaborer des politiques qui tiendront compte des besoins des enfants. Ces directives sont construites sur quatre thèmes clés: la vie privée, la sécurité, l’équité et l’explicabilité. L’objectif est de protéger les enfants des dommages potentiels liés à l’IA tout en encourageant le développement de systèmes d’IA qui auront un impact positif sur la santé et le développement.

Ces directives sont un support éducatif, mais c’est aux parents de vérifier qu’elles soient réellement appliquées afin que les enfants puissent utiliser les technologies liées à l’IA par eux-même et en toute sécurité à mesure qu’ils grandissent. Si nous réussissons à définir l’IA d’une manière compréhensible pour les enfants, ils pourront alors profiter pleinement des opportunités que cette technologie leur offrira à l’âge adulte.

Nous devons donc trouver les bons moyens pour leur en parler. Nous devons leur donner du contexte et du vocabulaire pour leur permettre de comprendre l’IA, d’en parler librement et d’interagir avec elle dans leur vie quotidienne. Apprendre des choses sur l’IA et en analyser les conséquences permet aux enfants d’acquérir la confiance nécessaire pour prendre des décisions de manière indépendante à mesure qu’ils grandissent.

Grâce à cet apprentissage préalable, les enfants seront davantage aptes à répondre aux enjeux éthiques posés par l’IA à travers leurs propres expériences. Ils pourront commencer à réfléchir aux problèmes liés à la vie privée, à la surveillance de leur comportement, au manque de responsabilité et au risque de développer des expériences addictives. Les enfants sont plus sensibles à ces risques et en leur transmettant ce savoir, nous pouvons les aider à éviter de prendre des habitudes potentiellement malsaines.

Peut-être plus important encore, cette compréhension précoce de l’IA peut aider les enfants à se rendre compte qu’ils seront les gardiens de cette technologie dans le futur. Ce monde de l’IA leur appartiendra et il ne sera qu’à l’image de ceux qui le développent.

Mais par où commencer pour éduquer nos enfants sur ce nouveau territoire ? Quelle est la première étape ?

En tant que parents et tuteurs, nous rencontrons déjà des difficultés lorsqu’il s’agit de limiter le temps d’écran et l’utilisation du téléphone pour nos enfants. Des limites que nous avons d’ailleurs du mal à respecter nous-mêmes. Si nous sommes déjà incapables de nous séparer de nos appareils favoris pendant quelques heures chaque jour, quelle chance avons-nous de résister à une technologie beaucoup plus intelligente et fascinante à l’avenir ? Comment convaincre les enfants de résister à une technologie qui peut faire leurs devoirs à leur place, contourner le contrôle parental et les faire s’évader dans un tout nouveau monde numérique ? La banalité, mais aussi l’émerveillement que peut procurer le quotidien risque de se perdre.

L’IA est pleine de promesses en ce qui concerne le développement de nos enfants. Mais elle offre également un territoire inexploré que nous, parents, devons parcourir prudemment. L’IA a le potentiel de révéler les capacités de nos enfants comme aucun autre outil, mais il y aura également des défis à surmonter.

Au contact de l’IA dans nos maisons et dans nos vies

La présence des assistants numériques Alexa d’Amazon et Siri d’Apple dans nos maisons sont des exemples parfaits de ce que nous appelons des « technologies personnifiées ». C’est l’IA dans sa forme la plus accessible et les enfants interagissent avec elle au quotidien.

Elle peut être extrêmement utile pour répondre à des questions comme « Comment fonctionne un réfrigérateur ? » ou « Comment dit-on “flamand rose” en anglais ? ». Elle est également utile pour écouter de la musique en famille avant le dîner ou pour nous lire des recettes pendant que nous cuisinons tous ensemble.

Cependant, si les enfants peuvent satisfaire tous leurs caprices en posant une simple question à un appareil, nous devons réfléchir à la manière dont cela influencera leur façon d’interagir non seulement avec la technologie, mais aussi avec d’autres personnes.

En tant que parents, nous avons raison de nous inquiéter de l’influence à long terme que ces assistants virtuels auront sur le comportement et le développement de nos enfants. Prendront-ils l’habitude de pouvoir donner des ordres sans être grondés voire même en étant constamment chouchoutés par la machine ? Pourront-ils quand même apprendre à communiquer de manière polie et bienveillante ? Ou au contraire développeront-ils des tendances asociales ?

Rachel Severson, psychologue pour enfants à l’Université du Montana, a publié des études sur les interactions des enfants avec l’IA. Elle a découvert que les enfants pensent que les technologies personnifiées se situent quelque part entre des êtres animés et inanimés. « Il existe de nombreuses anecdotes dans lesquelles les jeunes enfants pensent qu’il y a une petite personne à l’intérieur de l’appareil, ou une personne à l’autre bout de l’échange, comme pour un téléphone  », indique la psychologue. « Ces anecdotes montrent que les enfants essaient activement de comprendre comment visualiser ces dispositifs: sont-ils vivants ou pas ? Y a-t-il une vraie personne à l’intérieur ? »

Mais si les enfants pensent vraiment qu’Alexa est une personne, ne devraient-ils pas lui parler poliment ? Sous le regard constant de leurs enfants, comment les adultes donnent-ils le bon exemple lorsqu’ils s’adressent à Alexa ? Lui crions-nous dessus ? Doit-on lui dire “s’il te plaît” ?

Si les enfants n’arrivent pas à bien distinguer l’humanité de la technologie, comment pouvons-nous attendre d’eux qu’ils traitent les gens avec plus de courtoisie qu’une machine ? Appliquons ceci à la réalité en prenant l’exemple d’une jeune maman de deux filles. Ayant cela en tête, j’ai récemment demandé à ma fille de sept ans, alors que nous écoutions de la musique dans la cuisine : « Tu penses que c’est quoi, Alexa ? ». Elle a répondu sans hésiter « C’est un robot. ». Sa sœur de quatre ans a brusquement levé les yeux de sa pâte à modeler. « Il y a un ROBOT dans ce petit truc ?! Comment il est arrivé là-dedans ? »

Notre conversation sur le fonctionnement d’Alexa a commencé comme ça :

Moi : « C’est un appareil très intelligent qui enregistre ce que tu dis et l’envoie sur Internet à un ordinateur géant qui le traduit, puis te répond. »

Ma fille de sept ans : « Mais comment ça marche si vite ? »

Moi (légèrement paniquée) : « Ça fonctionne comme quand tu envoies des emojis à ta grand-maman par SMS et qu’ils apparaissent sur son écran dès que tu as appuyé sur « Envoyer » alors qu’elle est à l’autre bout du monde. Internet est beaucoup plus rapide que les humains. »

J’ai retenu ma respiration en pensant « Super, j’ai utilisé du jargon technologique pour expliquer une technologie. » Mais ce que je leur avais dit avait-il un sens pour elles ?

Ma fille de sept ans : « Ah. D’accord. »

Ma fille de quatre ans : « Tu peux me donner le moule à cupcakes s’il te plaît ? »

Ces réponses étant satisfaisantes pour leur âge, la discussion s’est arrêtée là. J’ai poussé un soupir de soulagement et nous avons recommencé à faire des cupcakes en pâte à modeler. Mais je ne pouvais pas m’empêcher de me demander si je leur avais bien expliqué, ou même si j’aurais dû leur poser cette question étant donné leur âge.

Des études ont montré qu’exposer les enfants à des concepts techniques stimule leurs capacités à résoudre des problèmes et leur pensée critique, et peut les aider à acquérir des compétences informatiques plus tard dans la vie. J’en déduis que n’importe quelle conversation concernant la technologie avec des enfants vaut mieux que pas de conversation du tout. Créer un dialogue qui amène les enfants à poser des questions contribue à leur développement cognitif et maintient la communication ouverte sur le sujet de la technologie.

L’IA est appelée à jouer un rôle de plus en plus important dans nos vies, donc je doute que ce soit la dernière conversation que nous aurons à ce sujet. Mais je suis contente que nous ayons au moins commencé à en parler. Il est courant pour les adultes de manquer de confiance en eux lorsqu’il s’agit d’expliquer ces concepts à nos enfants.

Comme la technologie de l’IA devient plus intelligente, peut-être devrions-nous laisser les machines donner elles-mêmes ces explications ? Après la discussion avec mes enfants, une autre pensée m’est venue : j’aurais pu demander directement à l’appareil. Si j’avais demandé « Alexa, comment fonctionnes-tu ? », elle aurait répondu: « Beaucoup de personnes ont travaillé dur à mon apprentissage, et il n’est pas encore fini. »

Je le sais parce que j’ai essayé plus tard ce jour-là.

C’est une façon parfaitement satisfaisante d’expliquer l’apprentissage automatique en une phrase courte et simple, mais cela n’aurait pas fonctionné dans le contexte de notre conversation. Je n’ai peut-être pas la même expertise ou les mêmes connaissances que cet appareil, mais j’ai pu donner un exemple concret et un contexte à mes filles auquel je savais qu’elles pouvaient s’identifier.

Et ça, les machines en sont incapables. Du moins pour le moment !

Garder le dialogue ouvert

Kathy Hirsh-Pasek, présidente de la Société internationale pour les études sur les nourrissons (International Society for Infant Studies), nous avertit que les systèmes comme Alexa ne sont pas assez sophistiqués pour comprendre les enfants et ne devraient jamais être utilisés comme substitut à l’échange humain.

« La chose la plus importante à retenir concernant les enfants est que rien ne peut venir se substituer à l’échange humain », dit-elle. « Si vous observez des parents lisant de vrais livres aux enfants, ces derniers interrompent l’histoire lorsqu’ils tournent les pages et se lancent dans des histoires parallèles en se rappelant la fois où ils ont vu un singe au zoo par exemple. Les recherches montrent que ces échanges avec eux constituent la meilleure façon d’apprendre. »

Nos explications ne sont peut-être pas parfaites, mais il est important que nous continuions à les donner afin que le dialogue reste ouvert avec nos enfants.

Les enfants doivent comprendre que si l’intelligence artificielle et ses technologies semblent s’intégrer parfaitement à leur vie, il existe une très grande différence entre le monde physique et le monde virtuel. Si nous gardons cela à l’esprit et que nous nous inspirons des directives de l’Unicef, nous pouvons trouver les moyens adéquats pour aborder le sujet de l’IA avec nos enfants.

Boîte à outils sur l’IA pour les parents1

Priorité à leur sécurité (sécurité et vie privée)

Plus que tout autre chose, la sécurité de nos enfants est d’une importance capitale. Les progrès de la technologie et la façon dont elle fascine nos enfants introduisent un nouveau lot de préoccupations pour les parents. Nous devons être conscients qu’il existe des gens malintentionnés qui pourraient utiliser les technologies de l’IA pour exploiter autrui.

Les enfants sont par exemple particulièrement vulnérables face à des jouets connectés à Internet et aux technologies de reconnaissance faciale dans les lieux publics. Mais d’un autre côté, l’IA a un énorme potentiel de protection de nos enfants contre la criminalité. De nouvelles avancées permettent aux chercheurs et aux agents de protection de l’enfance d’identifier des comportements menaçants de manière complètement nouvelle.

Qu’on le veuille ou non, l’intelligence artificielle sera omniprésente dans la vie de nos enfants. Il est important de comprendre que ce n’est ni tout noir ni tout blanc et que l’IA aura à la fois des conséquences positives et négatives. Il faut tenir compte de l’âge et de la maturité de vos enfants lorsque vous essayez de leur expliquer l’IA.

Les points clés à retenir sont que l’IA combine différentes technologies intelligentes (comme des ingrédients dans un gâteau ou des briques de Lego dans un bâtiment) qui composent un programme informatique. Ce programme peut effectuer des tâches comme un être humain, par exemple apprendre à résoudre des problèmes, et il s’améliore avec le temps. Trouvez une définition qui fonctionne pour vous et vos enfants, puis essayez de la lier à leurs expériences !

Découvrir grâce aux jeux et aux applications (explicabilité et équité)

Les enfants s’impliquent et apprennent mieux en s’amusant, alors cherchez des jeux et des activités liées à l’intelligence artificielle. Ces jeux n’ont pas forcément besoin d’utiliser l’intelligence artificielle, ils doivent simplement utiliser des outils qui permettront à votre enfant de mieux la comprendre.

Il existe de nombreuses applications et jeux disponibles en ligne qui proposent aux enfants et aux parents d’identifier les domaines où l’IA est présente dans leur vie. Cela peut passer par la reconnaissance des effets de l’IA sur la société et les multiples manières de l’expérimenter dans divers environnements socio-économiques.

Fixer des limites et garder le contrôle (sécurité)

Il est primordial de se rappeler que les interactions numériques de votre enfant doivent être surveillées attentivement. Le psychologue Richard Freed, auteur de Wired Child: Reclaiming Childhood in a Digital Age, conseille fortement aux parents de mettre en place des garde-fous.

« Bien qu’on vous répète que vous n’êtes que des « immigrants du numérique » quand vos enfants sont des « natifs », c’est à vous, parents, de fixer les limites. », dit-il. « Vous êtes peut-être admiratif devant les aptitudes numériques de votre enfant, mais ne prenez surtout pas ça pour de la maîtrise de soi. Le cerveau des enfants n’est pas encore assez développé pour leur permettre de fixer eux-mêmes leurs limites. »

Un avenir prometteur avec l’IA

Nos enfants ont un point commun avec l’IA : ils sont tous les deux aux premiers stades de leur développement. À mesure qu’ils grandissent, les capacités de l’IA et son rôle global dans notre vie quotidienne grandissent également.

Pour l’instant, il est important que les enfants apprennent à reconnaître l’IA lors de leurs interactions avec la technologie, quels bénéfices celle-ci peut leur apporter, et comment ils peuvent reconnaître ses menaces potentielles.

Avec notre aide, nos conseils et notre ouverture au dialogue, nos enfants apprendront à poser un regard critique sur l’IA et développeront leur propre langage pour la décrire. Une fois bien préparés, ils seront prêts à tirer le meilleur parti de toutes les opportunités que l’IA promet de leur offrir dans le futur.

  1. D’après les recommandations de l’Unicef en septembre 2020. Le document concerné est disponible ici en anglais. 

Prochain

L'IA et les systèmes financiers